Futurim@ges : plus d'immersion dans l'image

Retour au blog

Le projet Futurim@ges vient de se terminer avec l'année 2009. Pendant deux ans il a étudié les futurs formats d'images TV qui permettront de se rapprocher de la vision réelle, en renforçant la sensation d'immersion dans l'image. L'étude de ces nouveaux formats portait sur toute la chaîne de l'image, depuis la création de contenu, sa distribution, son affichage et jusqu'au ressenti du téléspectateur.

Effet 3D

Trois nouveaux formats : 1080p, HDR et 3D sans lunettes

"Le facteur humain est une dimension essentielle du projet," précise Catherine Serré, responsable du projet pour le compte de Technicolor. "Nous faisons des hypothèses qu'il nous faut vérifier par l'expérience. Par exemple, il serait inutile d'augmenter telle propriété, et donc le nombre d'informations à traiter, si l'œil humain est incapable de faire la différence."

Futurim@ges a étudié en parallèle trois nouveaux formats : La télévision haute définition au format progressif (1080p) qui, avec 50 images par seconde, offre un excellent rendu du mouvement ; le format HDR (High Dynamic Range) qui procure un rendu plus réaliste des couleurs, avec notamment plus de nuances dans les noirs et dans les blancs ; et la TV 3D sans lunettes qui, grâce à des prises de vues multiples et des écrans autostéréoscopiques, donne un effet de relief même si l'on n'est pas dans l'axe de l'écran.

Chacun de ces nouveaux formats a une contrepartie en termes de volume de données à traîter. Un surcoût dont Futurim@ges a étudié les impacts tout au long de la chaîne en termes de spécification, de codage et de standardisation. "L'une des difficultés, c'est que nous étions en avance de phase. Il fallait disposer de moyens de captation, de distribution et d'affichage ou procéder par calcul. De même, les contenus devaient être spécialement conçus pour la technique utilisée. C'est notamment le cas de la 3D. Il ne faut pas que les fonds soient systématiquement flous, ni forcer le relief. Nous avons établi des règles de production pour assurer le confort visuel."

Ce qui pousse la nouveauté, c'est la qualité des écrans

Au fur et à mesure du déroulement du projet, l'évolution du marché a également donné des indications sur les tendances du futur de la télévision. "Ce qui pousse la nouveauté, c'est la qualité des écrans. Toute la chaîne cherche ensuite à s'adapter pour offrir la meilleure qualité d'image à l'utilisateur. Aujourd'hui, de plus en plus de foyers sont équipés d'écrans capables d'afficher du 1080p. C'est un format qui devrait s'imposer. Le HDR a plus d'obstacles à surmonter, notamment en matière de diffusion. Quant au format autostéréoscopique, il sera une deuxième génération de TV 3D, après le déploiement de la 3D avec lunettes."

HDR (High Dynamic Range)

Format HDR : plus de détails dans les noirs et dans les blancs

Pour la plupart des partenaires, le projet Futurim@ges aura été une étape vers de nouvelles recherches. "Le champ d'investigation est très large. Il faut travailler à une évolution douce vers de nouveaux formats qui permettent d'afficher un ancien contenu sur un nouvel écran et, inversement, afficher un nouveau contenu sur un ancien écran. Il faut ajouter des métadonnées au signal pour décrire l'image et l'utiliser au mieux dans toute la chaîne. Il faut standardiser, laisser le choix à l'utilisateur du format qu'il préfère, trouver des méthodes pour mesurer la qualité de l'expérience… Bref, beaucoup reste à faire."

Retour au blog

Ajouter un commentaire