Images et Reseaux : la phase 3 en ligne de mire

Retour au blog

Bertrand GUILBAUD - Copyright C.Ablain

L'année 2011 est à mi-parcours. Profitons de la pause de l'été pour faire un point sur Images et Réseaux avec son Directeur Général, Bertrand Guilbaud. L'entretien est d'autant plus utile que se profilent des échéances déterminantes à l'approche de la phase 3 des pôles de compétitivité.

Comment évolue la communauté Images et Réseaux ?

Bertrand Guilbaud : Images et Réseaux est dans une phase de grande dynamique. Le pôle accueille de plus en plus de membres, +10% en 2010, et cette tendance s'est confirmée au premier semestre 2011 avec l'arrivée de 26 nouveaux adhérents. On constate que nos métiers traditionnels sont toujours bien représentés : les télécoms, l'image, le web, les technologies liées à la mobilité. Mais on observe aussi l'arrivée de nouveaux profils, avec des membres aux activités transversales comme par exemple le CHU d'Angers dans le domaine de la santé ou La Cité de Nantes dans le domaine de l'événementiel.

Et sur le plan géographique ?

BG : La croissance est équilibrée. Images et Réseaux a progressé sur l'ensemble du territoire tout au long de la phase 2. Mais on constate un regain de dynamisme en Bretagne et plus particulièrement en Ille-et-Vilaine et en Finistère. Par ailleurs, le développement reste important en Loire Atlantique.

Comment envisagez-vous l'évaluation à venir ?

BG : Comme tous les pôles de compétitivité, Images et Réseaux sera évalué en fin d'année et début 2012 par rapport aux engagements que nous avions pris collectivement il y a trois ans. Globalement, on peut dire que notre travail autour des projets collaboratifs et de la mise en réseau est une vraie réussite. Il permet aux chercheurs des laboratoires académiques de se rapprocher des industriels et plus particulièrement des PME, et aux industriels d'innover sur leurs marchés.

Images et Réseaux se met d’ailleurs en position d'être exemplaire avec le projet VisIR, destiné à cartographier nos projets selon les thématiques et à visualiser la dynamique de réseau de ses acteurs : à court terme, cet outil absolument inédit encouragera encore la coopération.

D'autres volets de notre action rencontrent plus de difficultés à se mettre en place, et c'est vrai pour tous les pôles de compétitivité. Je pense notamment à la formation. Nous avons, sur notre territoire, des écoles de premier plan, reconnues au niveau national dans les domaines de la technologie, de l'économie, des sciences humaines et sociales, de l'art, du design… J'espère que l'on verra un jour se monter un projet original et ambitieux, nous avons ici tout ce qu'il faut pour réussir.

Les autres volets à creuser sont la gestion des compétences et l'internationalisation. Sur le premier point, le projet VisIR va nous aider. Quant à l'international, c'est un point sur lequel les pôles de compétitivité ont du mal à être reconnus. C'est d'autant plus normal qu'il existe en région des acteurs majeurs déjà bien identifiés. À nous de progresser en partenariat avec les structures en place, Bretagne International et Ouest Atlantique.

Il se prépare aussi des élections ?

BG : C'est, en effet, un point à souligner. Nous arrivons à la fin du deuxième cycle de trois ans. La prochaine assemblée générale, le 22 novembre, sera élective avec le renouvellement du conseil d'administration.

Le bilan de cette phase 2 est très positif, mais on peut toujours améliorer. C'est pourquoi nous sommes en train de réfléchir collectivement à ce que sera Images et Réseaux demain. Nous commençons dès maintenant afin d'être prêts fin 2011 / début 2012 avec une nouvelle feuille de route stratégique qui nous permette d'aborder la phase 3 dans les meilleures conditions.

Toutes les initiatives sont bienvenues. Nous devons gagner en ouverture et en mixité. J'appelle tous les porteurs d'idées à se manifester au plus tôt.

L'année 2011 est à mi-parcours. Profitons de la pause de l'été pour faire un point sur Images et Réseaux avec son Directeur Général, Bertrand Guilbaud. L'entretien est d'autant plus utile que se profilent des échéances déterminantes à l'approche de la phase 3 des pôles de compétitivité.

Comment évolue la communauté Images et Réseaux ?

Bertrand Guilbaud : Images et Réseaux est dans une phase de grande dynamique. Le pôle accueille de plus en plus de membres, +10% en 2010, et cette tendance s'est confirmée au premier semestre 2011 avec l'arrivée de 26 nouveaux adhérents. On constate que nos métiers traditionnels sont toujours bien représentés : les télécoms, l'image, le web, les technologies liées à la mobilité. Mais on observe aussi l'arrivée de nouveaux profils, avec des membres aux activités transversales comme par exemple le CHU d'Angers dans le domaine de la santé ou La Cité de Nantes dans le domaine de l'événementiel.

Et sur le plan géographique ?

BG : La croissance est équilibrée. Images et Réseaux a progressé sur l'ensemble du territoire tout au long de la phase 2. Mais on constate un regain de dynamisme en Bretagne et plus particulièrement en Ille-et-Vilaine et en Finistère. Par ailleurs, le développement reste important en Loire Atlantique.

Comment envisagez-vous l'évaluation à venir ?

BG : Comme tous les pôles de compétitivité, Images et Réseaux sera évalué en fin d'année et début 2012 par rapport aux engagements que nous avions pris collectivement il y a trois ans. Globalement, on peut dire que notre travail autour des projets collaboratifs et de la mise en réseau est une vraie réussite. Il permet aux chercheurs des laboratoires académiques de se rapprocher des industriels et plus particulièrement des PME, et aux industriels d'innover sur leurs marchés.

Images et Réseaux se met d’ailleurs en position d'être exemplaire avec le projet VisIR, destiné à cartographier nos projets selon les thématiques et à visualiser la dynamique de réseau de ses acteurs : à court terme, cet outil absolument inédit encouragera encore la coopération.

D'autres volets de notre action rencontrent plus de difficultés à se mettre en place, et c'est vrai pour tous les pôles de compétitivité. Je pense notamment à la formation. Nous avons, sur notre territoire, des écoles de premier plan, reconnues au niveau national dans les domaines de la technologie, de l'économie, des sciences humaines et sociales, de l'art, du design… J'espère que l'on verra un jour se monter un projet original et ambitieux, nous avons ici tout ce qu'il faut pour réussir.

Les autres volets à creuser sont la gestion des compétences et l'internationalisation. Sur le premier point, Images le projet VisIR va nous aider. Quant à l'international, c'est un point sur lequel les pôles de compétitivité ont du mal à être reconnus. C'est d'autant plus normal qu'il existe en région des acteurs majeurs déjà bien identifiés. À nous de progresser en partenariat avec les structures en place, Bretagne International et Ouest Atlantique.

Il se prépare aussi des élections ?

BG : C'est, en effet, un point à s

L'année 2011 est à mi-parcours. Profitons de la pause de l'été pour faire un point sur Images et Réseaux avec son Directeur Général, Bertrand Guilbaud. L'entretien est d'autant plus utile que se profilent des échéances déterminantes à l'approche de la phase 3 des pôles de compétitivité.

Comment évolue la communauté Images et Réseaux ?

Bertrand Guilbaud : Images et Réseaux est dans une phase de grande dynamique. Le pôle accueille de plus en plus de membres, +10% en 2010, et cette tendance s'est confirmée au premier semestre 2011 avec l'arrivée de 26 nouveaux adhérents. On constate que nos métiers traditionnels sont toujours bien représentés : les télécoms, l'image, le web, les technologies liées à la mobilité. Mais on observe aussi l'arrivée de nouveaux profils, avec des membres aux activités transversales comme par exemple le CHU d'Angers dans le domaine de la santé ou La Cité de Nantes dans le domaine de l'événementiel.

Et sur le plan géographique ?

BG : La croissance est équilibrée. Images et Réseaux a progressé sur l'ensemble du territoire tout au long de la phase 2. Mais on constate un regain de dynamisme en Bretagne et plus particulièrement en Ille-et-Vilaine et en Finistère. Par ailleurs, le développement reste important en Loire Atlantique.

Comment envisagez-vous l'évaluation à venir ?

BG : Comme tous les pôles de compétitivité, Images et Réseaux sera évalué en fin d'année et début 2012 par rapport aux engagements que nous avions pris collectivement il y a trois ans. Globalement, on peut dire que notre travail autour des projets collaboratifs et de la mise en réseau est une vraie réussite. Il permet aux chercheurs des laboratoires académiques de se rapprocher des industriels et plus particulièrement des PME, et aux industriels d'innover sur leurs marchés.

Images et Réseaux se met d’ailleurs en position d'être exemplaire avec le projet VisIR, destiné à cartographier nos projets selon les thématiques et à visualiser la dynamique de réseau de ses acteurs : à court terme, cet outil absolument inédit encouragera encore la coopération.

D'autres volets de notre action rencontrent plus de difficultés à se mettre en place, et c'est vrai pour tous les pôles de compétitivité. Je pense notamment à la formation. Nous avons, sur notre territoire, des écoles de premier plan, reconnues au niveau national dans les domaines de la technologie, de l'économie, des sciences humaines et sociales, de l'art, du design… J'espère que l'on verra un jour se monter un projet original et ambitieux, nous avons ici tout ce qu'il faut pour réussir.

Les autres volets à creuser sont la gestion des compétences et l'internationalisation. Sur le premier point, Images le projet VisIR va nous aider. Quant à l'international, c'est un point sur lequel les pôles de compétitivité ont du mal à être reconnus. C'est d'autant plus normal qu'il existe en région des acteurs majeurs déjà bien identifiés. À nous de progresser en partenariat avec les structures en place, Bretagne International et Ouest Atlantique.

Il se prépare aussi des élections ?

BG : C'est, en effet, un point à souligner. Nous arrivons à la fin du deuxième cycle de trois ans. La prochaine assemblée générale, le 22 novembre, sera élective avec le renouvellement du conseil d'administration.

Le bilan de cette phase 2 est très positif, mais on peut toujours. C'est pourquoi nous sommes en train de réfléchir collectivement à ce que sera Images et Réseaux demain. Nous commençons dès maintenant afin d'être prêts fin 2011 / début 2012 avec une nouvelle feuille de route stratégique qui nous permette d'aborder la phase 3 dans les meilleures conditions. Toutes les initiatives sont bienvenues. Nous devons gagner en ouverture et en mixité. J'appelle tous les porteurs d'idées à se manifester au plus tôt.

ouligner. Nous arrivons à la fin du deuxième cycle de trois ans. La prochaine assemblée générale, le 22 novembre, sera élective avec le renouvellement du conseil d'administration.

Le bilan de cette phase 2 est très positif, mais on peut toujours. C'est pourquoi nous sommes en train de réfléchir collectivement à ce que sera Images et Réseaux demain. Nous commençons dès maintenant afin d'être prêts fin 2011 / début 2012 avec une nouvelle feuille de route stratégique qui nous permette d'aborder la phase 3 dans les meilleures conditions. Toutes les initiatives sont bienvenues. Nous devons gagner en ouverture et en mixité. J'appelle tous les porteurs d'idées à se manifester au plus tôt.

Retour au blog

Ajouter un commentaire