Obeo termine l'annee en boulet de canon

Retour au blog

Au vu de ses résultats, Obeo est une petite entreprise qui ne connaît pas la crise. La société installée à Carquefou près de Nantes terminera l'année 2011 avec un chiffre d'affaires proche de 2,5 M€ et une croissance de +40%. Des chiffres d'autant plus remarquables qu'Obeo n'a que six ans d'existence. Son métier ? Le génie logiciel. Ses clients ? Une galerie de grands comptes aux profils les plus divers : Thales, Airbus, Alstom, le CEA et la SNCF aussi bien que la MAIF et Pôle emploi. "Nos clients développent des systèmes complexes ou encore ils gèrent des systèmes d'information de grande envergure," " explique Stéphane Lacrampe, directeur et co-fondateur d'Obeo. "Ce que nous leur apportons, ce sont des outils qui leur permettent de maîtriser cette complexité."

Stephane Lacrampe

Stéphane Lacrampe, dans les locaux d'Obeo

Ces outils sont basés sur l'ingénierie des modèles, une approche qui permet de donner une représentation simplifiée d'un problème complexe. "Au-delà d'une certaine taille de projet, les démarches artisanales ne conviennent plus. Il faut adopter des méthodes de conception industrielles. Nos clients maîtrisent parfaitement leur métier. Nous, nous apportons de la méthodologie de conception, avec un outillage dédié et sur mesure." Pour illustrer, Stéphane Lacrampe cite l'exemple de la MAIF. "Le système d'information de la MAIF est particulièrement complexe. Si bien qu'il s'écoule beaucoup de temps entre la conception d'une nouvelle offre et sa disponibilité pour les assurés. Avec notre approche par la modélisation, nous avons fourni à la MAIF un environnement convivial et structuré qu'elle utilise pour configurer les offres et définir le niveau de garantie, les risques couverts, les exclusions, la tarification, etc. Là où il fallait plusieurs mois, le déploiement et la mise à jour des offres est aujourd'hui quasi instantanée."

Notre stratégie de développement passe par les pôles de compétitivité

Obeo a été créée en 2005 par trois ingénieurs aux profils techniques. Alors, comment ont-ils réussi à approcher autant de grands comptes ? "Nous sommes partis de rien," admet Stéphane Lacrampe. "Sans carnet d'adresses, ça n'a pas été évident. Nous avons d'abord utilisé à fond les réseaux de la création d'entreprise et les relais locaux pour crédibiliser notre démarche. Puis nous avons fait très tôt le choix de l'Open source et du développement basé sur la plateforme Eclipse, ce qui nous a donné très vite une grande visibilité et rassuré nos clients potentiels." "Le troisième axe de notre stratégie de développement passe par les pôles de compétitivité. Nous faisons beaucoup de R&D. Nous avons très vite été identifiés comme étant un acteur reconnu de l'ingénierie des modèles et de la fondation Eclipse. Nous avons été sollicités pour participer à des projets collaboratifs. Et ces projets nous ont permis de rentrer en contact avec des grands comptes, puis de déboucher sur de l'activité commerciale." Obeo emploie aujourd'hui 45 personnes réparties entre le siège de Nantes, l'agence de Paris et deux nouvelles agences en développement à Niort et Toulouse. La PME travaille essentiellement sur le marché français où elle a encore, selon Stéphane Lacrampe, "un très fort potentiel de développement". Et si l'international n'est pas encore une priorité, l'entreprise travaille déjà sa visibilité pour étendre son activité, à moyen terme, en direction de l'étranger. Plus sur  le site Obeo

Retour au blog

Ajouter un commentaire