Silicon Valley: une mission stimulante

Retour au blog

Cette quatrième édition l’a confirmé, rien de tel qu’une rencontre des acteurs de la Silicon Valley pour prendre le pouls des TIC et se projeter dans le futur immédiat du secteur. Organisée par Bretagne International, Bretagne Développement Innovation, et Images & Réseaux, la mission 2012 s’est déroulée du 11 au 16 juin. Elle emmenait 14 entreprises bretonnes en visite chez les plus grands – Google, Orange Labs, HP – comme chez des contacts plus nouveaux comme Success Factors et Skyera. Suivent quelques impressions d’une mission particulièrement riche en enseignements.

D’abord la mobilité

Les réseaux sociaux sont toujours très tendance mais la première préoccupation est aujourd’hui la mobilité. Avec l’usage généralisé du smartphone, on pense désormais usage mobile avant de penser navigation sur ordinateur.

Le Cloud computing est une autre orientation marquée du moment. On pouvait d’ailleurs l’observer au sein même de la délégation bretonne puisqu’une majorité des PME participantes sont des fournisseurs de services informatiques dématérialisés, logiciels (SaaS) et infrastructures (IaaS).

Les autres sujets en vogue sont les données massives (Big Data), dont les volumes sont si grands qu’il faut tout reconsidérer, capture, traitement, archivage et visualisation, et la vidéo sur le web, qui semble détrôner toutes les autres formes de diffusion d’images, y compris la télévision.

Voir grand d’emblée

Sur le plan des affaires, le principal message à retenir se résume à « Think big! » : Google et Facebook ne se sont pas créés avec pour ambitions un marché de niche et une taille de PME. Ils sont devenus grands parce qu’ils ont vus grand, le marché des particuliers étant le moteur qui tire, à terme, le marché des professionnels.

Lorsque l’on visite les entreprises de la Silicon Valley, l’innovation est partout. Si elle est technologique et économique, elle est aussi managériale. Avec par exemple, les concepts de micro-équipes (on travaille mieux et plus intelligemment dans de toutes petites équipes), de micro-cycles de développement (un aller-retour permanent entre développement et analyse des résultats économiques), la responsabilisation des équipes (rapidité de décision), l’incitation à l’initiative individuelle…

En plus des contacts particuliers noués sur place, chaque participant est revenu avec une mine d’observations et de pistes de réflexion qui font le succès de ces missions.

Pour en savoir plus : compte-rendu, témoignages et liste des participants sur le site de Bretagne International (voir l’article).

Retour au blog

Ajouter un commentaire