ZOOM AVANT Ndeg13

Retour au blog

Plusieurs segments de marché restent à conquérir : m-Commerce, m-Paiement, les applications professionnelles en mobilité, les application à usage collectif (e-Santé, e-Education, e-Energie, e-Transport, …) tout ce qui constitue le terrain de la société numérique.

PLUSIEURS  DOMAINES RESTENT A CONQUERIR ...

  • Le m-Commerce : le e-Commerce marche très bien en Europe et notamment  en France (51% des français achètent en ligne, ce qui fait 8% de plus que l’année passée si l’on en croit les chiffres publiés par la FEVAD). Si l’Europe et notamment la France entendent exercer un leadership mondial, la grande distribution (les Carrefour, Casino, …) peut y contribuer pour peu qu’elle se mette davantage au commerce en ligne.

Pour plus d’informations voir le communiqué de presse de la FEVAD.

  • Le paiement mobile (m-Payment) : là encore les initiatives seront les bienvenues dans un territoire où les banques de détail sont très présentes et dont certaines d’entre elles se sont mises récemment dans le domaine du mobile (Crédit Mutuel, CIC, La Banque Postale, …).

  • Les applications professionnelles (mobile workers) : largement en retard en Europe, les applications professionnelles sur mobile, sont en train de bouleverser le paysage nord-américain (et dans une moindre mesure le paysage anglais). Ce ne sont pas les smartphones et les tablettes qui vont freiner le phénomène, bien au contraire, puisque pour la première fois de son histoire Apple vient à la rencontre du marché professionnel. Smartphones et tablettes (en dehors de la fonction téléphone) sont plongés dans le « cloud » et permettent donc au travailleur mobile d’être relié aux applications de son entreprise.DeviceAnyWhere, l’un des leaders des « application stores » en marque blanche y voit même un terrain de développement important tout d’abord aux U.S.A. puis en U.K. puis enfin en Europe continentale dès l’an prochain.

Pour plus d’informations: communiqué de presse d'IDC (1 milliard de travailleurs mobiles)

  • D’une manière plus générale les applications verticales restent un vaste domaine ou les technologies Internet n’ont pas encore trouvé toute leur place. Or les Internautes (notamment les Internet Natives) arrivent sur le marché du travail. Il ne faut pas croire que les habitudes prises dans le cercle privé et les usages qui en découlent vont s’arrêter aux portes des entreprises. Il faudra bien en passer par là.
  • Les applications liées aux usages collectifs (e-santé, e-éducation, e-énergie, e-transport…) : les approches sont très diversifiées, allant des pays asiatiques où l’approche est par pays et se heurte souvent à une mauvaise qualité des infrastructures (à l’exception des projets U-City de la Corée et du Japon), aux Etats Unis où les usages collectifs ne sont pas répandus  et pour certains d’entre eux pas possibles ni même souhaitables. L’Europe est un bon terrain pour les usages collectifs si l’on accepte que l’Europe de la santé, de l’éducation, de l’énergie … n’existe pas et qu’il sera donc parfois nécessaire d’avoir plusieurs produits ou services correspondant à plusieurs pays. Si l’économie d’échelle n’est pas là, au moins la diversité y sera gage d’une bonne adéquation avec les besoins diversifiés du vaste monde.

Le rapport de Pyramid Research sur les tendances d'usage des smartphones aux U.S.A. est là pour nous éclairer.

Retour au blog

Ajouter un commentaire