BB EEG : la telemedecine au chevet du nouveau-ne

Retour au blog

Lorsqu'un enfant naît grand prématuré où lorsque l'accouchement a été très difficile, se pose d'urgence une question : le cerveau de l'enfant est-il touché ? Pour y répondre, une électroencéphalographie (EEG) s'impose. Sauf que cet examen, qui consiste à poser des électrodes sur la tête du patient pour enregistrer l'activité du cerveau, est très délicat à réaliser dans le cas du nouveau-né, et encore plus difficile à interpréter.

Les spécialistes sont très rares. En France, on compte environ une quinzaine de neurologues experts de l'EEG du nouveau-né. Un nombre très insuffisant quand on sait que plus d'un pour cent des 830 000 naissances annuelles sont concernées.

D'où l'idée, à la base du projet BB EEG, de développer un portail de services de télémédecine pour combler ce manque. "Nous n'avons pas pour objectif de créer quelques centres très spécialisés qui interprètent à distance", précise Sylvie Nguyen, neuropédiatre au CHU d'Angers et coordinatrice du projet. "Il s'agit d'apporter une aide aux équipes en place, dans un réseau à taille humaine."

BB EEG développe trois types de services. Le premier est dédié au télédiagnostic. Il permet à un technicien de réaliser un électroencéphalogramme et une vidéo montrant le comportement de l'enfant, puis de les transmettre de façon sécurisée à un médecin spécialiste. Le deuxième est une plateforme d'apprentissage en ligne destinée à former pédiatres et techniciens aux conditions très spécifiques de l'électroencéphalographie du nouveau-né.

Quant au troisième service, il fait appel aux techniques avancées de traitement du signal pour compléter le diagnostic visuel et l'accélérer par une analyse automatique de l'EEG. L'outil sera, par exemple, capable d'émettre une alerte quand il aura repéré une séquence symptomatique d'une anomalie.

Pour Sylvie Nguyen, BB EEG dépasse la simple prouesse technologique. "Le caractère innovant du projet, c'est d'inclure ces différents services au sein d'une plateforme intégrée et de proposer un modèle organisationnel et économique pour son fonctionnement. Car, ce sont aussi des problèmes d'organisation et d'habitudes de travail qu'il nous faut résoudre."

"La pratique de la télémédecine ajoute un maillon dans la chaîne de prise en charge du patient. Et ce maillon est de type industriel, avec une culture différente de celle des professionnels de santé. Ce qui soulève une quantité de questions. Qui est responsable de quoi ? Comment est-ce qu'on garantit la pérennité des services ? Qui paie quoi ? Ce sont ces questions, très complexes, qui bloquent aujourd'hui le développement de la télémédecine. Et pas seulement en France, le problème existe partout malgré une volonté générale."

La télémédecine se trouve à une période charnière. Le cadre juridique a été précisé en France par la loi HPST de 2009 et le décret associé publié en octobre 2010. Les techniques sont à maturité. Des expériences ponctuelles ont démontré les bénéfices qu'on peut en attendre. Il reste à trouver un modèle organisationnel et économique qui convienne à toutes les parties prenantes. À travers le cas de l'électroencéphalogramme du nouveau-né, c'est ce que souhaite réaliser BB EEG.

BB EEG en bref

  • Le projet réunit sept partenaires, dont quatre laboratoires CH Le Mans, CHU Angers, Université d'Angers (LISA), Université catholique de l'Ouest, et trois PME : 4SH, Etiam, Theleme.
  • Durée : 30 mois
  • Coût total : 1,3 M€
  • Aide au financement : Agence nationale de la recherche

BB EEG sera l'un des projets en compétition des prochains Trophées Loading the Future, le 25 octobre, à Nantes

Retour au blog

Ajouter un commentaire