OpenVibe 2 : le jeu video pilote par le cerveau

Retour au blog

Agir par la pensée… Science-fiction ou délire de charlatan ? Ni l'un, ni l'autre. Le très sérieux projet collaboratif OpenVibe 2 se sert des micro-impulsions électriques générées par le cerveau pour interagir avec un ordinateur. Il suffit pour cela de quelques électrodes sur la tête et d'un minimum de concentration…

Le premier champ d'application des interfaces cerveau ordinateur, en anglais Brain Computer Interfaces (BCI), est la compensation de handicaps tels que la perte de mobilité. Sur la période 2005-2009, le premier projet collaboratif français sur le sujet, déjà nommé OpenVibe, avait obtenu des résultats significatifs. On lui doit notamment la plateforme OpenVIBE, aujourd'hui largement utilisé à travers le monde pour développer des interfaces de ce type.

OpenVibe 2 s'intéresse, lui, aux jeux vidéo. Anatole Lécuyer, directeur de recherche à l'Inria Rennes Bretagne Atlantique, est le coordinateur du projet. Pour lui, la dimension industrielle du projet est sa grande originalité. "L'objectif, c'est d'explorer le potentiel des interfaces cerveau ordinateur et leur intérêt dans des applications industrielles. Il ne s'agit pas de remplacer la souris ou le joystick, mais de venir compléter le dispositif avec un nouveau moyen d'interaction."

La détection d'oscillations

Le principe d'OpenVibe 2 ? Le joueur est équipé d'un casque à électrodes situées pour capter l’activité électrique du cerveau. Ce qui permet d'analyser en temps réel les ondes cérébrales et les rythmes provoqués par l'attention ou l'intention de mouvement, puis de les interpréter sous forme de commandes.

Imaginez qu'il s'agisse de piloter un vaisseau dans un milieu hostile. Les directions de déplacement sont matérialisées à l'écran par des zones qui clignotent à différentes fréquences. Il suffit que vous regardiez l'une de ces zones pour l'on retrouve la fréquence correspondante parmi les signaux électriques émis par le cerveau. En fixant votre attention sur l'une ou l'autre zone, vous contrôlez le déplacement du vaisseau pour échapper à vos ennemis.

Dans la pratique, il est difficile d'être aussi précis qu'avec un joystick ou une souris. "Il faut que le joueur apprenne à contrôler son activité cérébrale. L'outil, lui-même, doit se calibrer et s'adapter par rapport à la personne. C'est un apprentissage mutuel. Il reste à améliorer la distinction entre signal et bruit. C'est le principal enjeu pour les années à venir et un vrai défi pour la recherche."

Du divertissement aux jeux sérieux

Trois prototypes ont été développés dans le cadre d'OpenVibe 2 : un jeu de pur divertissement, un jeu chargé de développer les capacités de mémoire, et un jeu sérieux destiné à rééduquer des enfants hyperactifs qui souffrent de déficit d'attention.

Pour Anatole Lécuyer, le projet a démontré l'intérêt des interfaces cerveau ordinateur pour une nouvelle génération d'applications. "L'expérience est totalement différente, très originale. C'est très intéressant pour l'utilisateur comme pour le concepteur, l'idéal étant que le jeu soit spécifiquement conçu pour exploiter toutes les possibilités de ces nouvelles interfaces."

OpenVibe 2 s'est terminé en janvier 2013 sur des résultats prometteurs et une expertise unique dans un domaine en devenir. "Nous sommes largement connus et reconnus. Au niveau international, nous faisons figure d'acteur clé dans le domaine des interfaces cerveau ordinateur."

OpenVibe 2 en bref :

  • Le projet mobilisait neuf partenaires : BlackSheep Studio, CEA, Chart, CLARTE, Gipsa-lab, Inria, Inserm, Kylotonn Entertainment, Ubisoft.
  • Aide au financement : Agence nationale de la recherche (CONTINT 2009).
  • Plus sur le site OpenVibe 2
Retour au blog

Ajouter un commentaire