Encore de nombreuses barrieres avant que le Cloud atteigne sa maturite en France

Retour au blog

Le Cloud computing est-il une réalité tangible dans les entreprises françaises ? La réponse est positive, même si ce n’est pas le cas pour tout le monde et que pour les utilisatrices, encore peu d’approches stratégiques du cloud se dessinent. C’est ce que révèle Pierre Audoin Consultants (PAC) dans la première édition de son CloudIndex*, dont l’objectif est d’évaluer chaque semestre la maturité des entreprises françaises. En juin 2013, ce taux est de 443 sur 1000 d’après l’analyse de plus de 220 entreprises interrogées. Ainsi, le résultat du premier Cloudindex montre que le passage au Cloud est motivé en premier par l’augmentation de la flexibilité avant la réduction des coûts.

cloud

La flexibilité avant tout d’autres bénéfices du Cloud

Et c’est particulièrement le cas pour l’adoption du SAAS, fer de lance du Cloud en France. Car il simplifie le déploiement des applications dans le domaine des RH, de la CRM ou de la bureautique et ce sans investissement initial (autrement dit le fameux passage des dépenses d’investissement aux dépenses opérationnelles). Ces résultas indiquent selon PAC une maturité croissante dans la perception et l’approche du Cloud computing. Néanmoins, PAC note que si la notion de flexibilité a bien été intégrée, les avantages permis par cette flexibilité ne sont pas toujours mis en avant. Car en effet 35% des interrogés jugent que le Cloud computing peut aider à créer et développer des solutions ou des démarches innovantes et 16% le voient seulement comme un levier pour inventer de nouveaux « business models ».

La sécurité perçue par les entreprises, premier frein du Cloud

Le problème de sécurité est devenu l’obstacle numéro un pour 44% des entreprises n’ayant pas osée passer le cap du Cloud. Or, selon PAC, le niveau de sécurité proposé par les prestataires de Cloud est généralement supérieur à celui que la plupart des entreprises peuvent offrir. Reste le manque des solutions adaptées au métier et l’absence de gain financier qui bloque également ces organisations. Pour tout ce qui concerne le retour sur l’investissement, PAC conseille aux entreprises de prendre en considération les bénéfices liés à l’agilité que le Cloud rend possible. A partir du mois de septembre, une nouvelle application d’auto-évaluation sera lancée par PAC afin d’aider les entreprises à se comparer entre elles.

*135 critères ont été utilisés pour le calcul de l’index global et une échelle de notation pour chaque critère utilisé dans le calcul de l’index a été déterminée. A partir d’une pondération de chaque critère, l’index donne une note sur chacun d’eux et une note globale.

Article initialement publié sur L'Atelier BNP Paribas

Retour au blog

Ajouter un commentaire