Les francais disent "OUI" a l'education numerique

Retour au blog

26 juin 2013, alors que Vincent Peillon, Ministre de l'education nationale dévoile son plan pour une école numérique, Syntec numérique et BVA publient les résultats de leur baromètre mensuel de l'édition avec une conclusion : le numérique a toute sa place dans l'éducation. Un sondage qui va dans le sens de la feuille de route 3.0 d'Images & Réseaux qui place l'éducation-formation de demain comme l'un des quatres leviers de ses actions. Retours sur les principaux enseignements de ce baromètre.

La nécessité d'apprendre à utiliser le numérique dès le plus jeune âge

91% des personnes interrogées pensent qu'il est nécessaire de mettre en place des cours sur les outils du numérique et leurs usages. 6 français sur 10 souhaitent d'ailleurs que des cours soient mis en place dès l'école primaire, voire la maternelle. Car les outils et les usages numériques "pénètrent" la vie quotidienne de tous, y compris des plus jeunes, aussi appelés digital natives. Qui de fait n'ont pas toujours conscience des enjeux, des dangers, ...Les personnes interrogées parlent de l'apprentissage des logiciels de bureautique (77%), mais aussi d'une éducation civique du numérique, sur la protection de la vie privée notamment (74%). Et pour y arriver il est nécessaire de faire évoluer la formation des enseignants.

Les éditeurs de logiciels positifs sur l'avenir

55% des professionnels éditeurs de logiciels se disent confiants pour l'avenir de leur entreprise ou de leur secteur. avec des investissement sur de nouveaux projets pour 67% d'entre eux. Une preuve que l'éducation est clairement une opportunité d'affaire pour les professionels du numérique sur une industrie en croissance.

Comprendre l'économie du numérique n'apparaît cependant pas comme une priorité pour les français (16%). Faut il y voir là un décalage entre la vision des français et la réalité et le fait que pour la majorité des français, le numérique n'est pas perçue comme une économie, comme une compétence à développer, comme un métier d'avenir pour les jeunes, comme un moteur de l'économie française, mais simplement comme un outil du quotidien ? La question reste ouverte.

En savoir plus

Retour au blog

Ajouter un commentaire