Entre creativite et technique, le studio Apix

Retour au blog

La petite équipe d'APIX (aujourd'hui 5 personnes). À droite Léna Urvoy, au centre Stéphane Urvoy.

Apix est une société brestoise. Une TPE aux engagements multiples : dans des projets collaboratifs, dans le comité de sélection Images & Réseaux (CSV), dans le groupement d'intérêt scientifique 3D Fovea. Elle ne compte pourtant que cinq personnes, dont deux recrutées très récemment.

Pour Léna Urvoy, codirigeante de la société, l'engagement fait partie du métier : "La vie d'entrepreneur, ce n'est pas la simplicité, c'est un acte militant". Surtout dans une TPE où "il faut tout faire". Et ceci, même si elle estime avoir la chance d'être dans un secteur "en pleine croissance".

Ce secteur est celui de la communication par l'image. Apix s'est créée en 2006 sur sa compétence première : l'image de synthèse. Aujourd'hui, elle utilise toutes les technologies de l'image numérique - 2D, animation 3D, 3D relief, captation vidéo - pour fabriquer des outils de communication. Mais attention, précise Léna Urvoy, Apix n'est pas une agence, "c'est un studio de création digitale".

"Nos clients ont besoin d'outils innovants et originaux pour parler de leur société ou de leurs solutions. Nous, on travaille sur la modélisation des éléments. On leur donne vie et on les met en scène à travers des animations."

Les clients d'Apix ? Ils sont d'une grande diversité, tout comme les sujets traités : un teaser de promotion d'équipements d'élevage pour l'industriel Tuffigo-Rapidex, un film de communication sur le chantier d'une médiathèque pour Brest Métropole Océane, une table tactile en 3D relief pour le parc de découverte Océanopolis...

Brest et l'ouest de la Bretagne sont à l'évidence le jardin d'Apix. "Nous avons tissé des liens étroits ici. Ce n'est pas une volonté, c'est un fait. Il est naturel de travailler avec les gens qui sont proches de nous."

Une volonté : grandir

Apix avait participé à l'aventure Il était une fois 5, en réalisant le volet images de synthèse. Depuis, la société délègue l'un de ses dirigeants - d'abord Léna Urvoy, aujourd'hui son mari, Stéphane Urvoy - au comité de sélection et de validation des projets Images & Réseaux.

"Le CSV est l'occasion de se retrouver avec des gens impliqués et hyper pointus. Les points de vue sur les projets sont très différents : économiques, techniques, industriels. En ça, le CSV c'est génial."

Toutefois la dirigeante trouve "frustrant" de ne pas pouvoir participer à toutes les sessions, même si elle estime essentiel que des petites structures puissent y participer car "forcément, on n'a pas le même regard". Elle espère pouvoir y consacrer plus de temps "quand on aura grandi".

Et pour grandir, Apix a des projets. À commencer par la formation à la communication digitale afin d'aider les gens à mieux "se repérer dans ce secteur mouvant".

En sept années d'existence, Apix est bien installée dans le paysage brestois. Avec une volonté de se développer restée intacte : "On est sur un rythme. On y va doucement, mais sûrement."

Pour en savoir plus

Retour au blog

Ajouter un commentaire