Un journal uniquement sur tablettes : la solution pour Ouest-France ?

Retour au blog

Le média breton expérimente à travers un nouveau quotidien sur support mobile. Une façon de tester de nouveaux formats éditoriaux, mais aussi de nouvelles recettes, dans un contexte d’érosion des ventes du papier.

La presse papier serait sur le déclin. Pourtant elle bouge encore. La preuve, Ouest-France vient de lancer un journal dédié spécifiquement aux tablettes. Nommé « l’édition du soir », il vise à investir le marché de ce nouveau support entièrement numérique. Actuellement en phase de test, un exemplaire est diffusé chaque semaine le jeudi soir (gratuitement et sur iPad pour les premiers numéros). A terme, l’idée est de proposer un document quotidien en fin de journée. Il cherche ainsi à être « complémentaire de ce que [Ouest-France] peut faire le matin sur [son] journal papier et toute la journée avec [son] site internet », d’après Edouard Reis-Carona, responsable du projet. Ce positionnement s’explique aussi par un constat : « le pic de consommation et de lecture sur ce support se fait plutôt le soir ».

La genèse de cette idée remonte à janvier dernier avec la création d’un groupe projet. Son objectif : « trouver d’autres contenus » susceptibles de compenser la baisse des ventes du papier. Dans ce domaine, le premier quotidien de France avait déjà sorti une nouvelle version de son application sur tablette au cours des derniers mois. A chaque fois, l’avantage de ce support est le même, une « possibilité demonétiser »« contrairement au web qui est d’avantage associé à la gratuité » d’après le rédacteur en chef de l’édition du soir. Ouest-france.fr ne prévoit d’ailleurs pas pour l’instant de passer en mode payant.

Un positionnement national

La particularité de « l’édition du soir » est aussi de se placer comme un média national. On ne retrouve donc pas l’accroche locale avec les 12 départements du journal papier. L’explication est double. D’une part Ouest-France souhaite s’adresser à « un marché francophone ». D’autre part, il est compliqué pour la petite équipe qui pilote le projet de couvrir finement un si large territoire. De leur côté, les locales doivent déjà réaliser une ou plusieurs éditions pour le print et alimenter le site web. Ce choix est pourtant un risque pour un acteur de la PQR, qui ne pourra alors plus se différencier par un ancrage local. Pour Edouard Reis-Carona, il s’agit surtout de coller au moment de la journée qui est plutôt dédié à « la lecture détente », avec « des rubriques ciné, télé, cuisine, voyage »…

Avec ce projet, Ouest-France se porte en tout cas sur le terrain de l’expérimentation, car « il s’agit d’une première en France ». Un tâtonnement qui n’est pas tabou au contraire, puisque le journal souhaite avoir des retours de ses premiers utilisateurs. Il est ainsi possible de donner son avis en écrivant à « l’édition du soir » par mail. Cette démarche a d’ailleurs suscité beaucoup de curiosité, notamment de la part du reste de la presse française. Si les premiers échos sont plutôt bons pour la partie éditoriale, la réussite se mesurera à la partie financière. L’édition du soir est en effet attendue comme une nouvelle ressource sur le plan économique pour le groupe. Mais même si ça ne devait pas être le cas, le quotidien français aura au moins avec ce projet, le mérite de chercher une solution.

Plus :
Présentation du journal par Ouest-France

Article initialement publié sur la Cantine Numérique rennaise

Retour au blog

Ajouter un commentaire