Gros plan sur Sinphonic, Prix de l'innovation des Trophees 2013

Retour au blog

Charles Cornet, à droite, a reçu le Prix de l'innovation des mains de Imad El Aouni, de Maroc Numeric Cluster (photo C. Ablain)

Avec le projet Sinphonic, on se projette à l'échelle nanométrique. Son objectif ? Assembler quelques atomes de matière de sorte qu'ils constituent un laser au cœur d'une puce de silicium. L'enjeu : l'information pourra circuler à la vitesse de la lumière à l'intérieur et aux abords des processeurs. Potentiellement, une révolution.

Le laser sur silicium, c'est le verrou après lequel court le monde de la photonique. Le dernier obstacle à franchir pour être capable de traiter l'information sous forme optique et remplacer les connexions métalliques qui brident actuellement la vitesse de calcul des processeurs.

"Ça fait 20 ans en que des chercheurs en rêvent, y compris dans les plus grands groupes comme Intel", confie Charles Cornet. Le jeune chercheur, pilote du projet et membre du laboratoire Foton, espère bien, avec Sinphonic, apporter à ce rêve une contribution déterminante.

Pour ses travaux, Sinphonic se sert d'un matériau spécifique, un semi-conducteur composite III-V tel qu'on peut en trouver dans les diodes électroluminescentes (LED). Par ailleurs, il utilise une sorte de four, appelé chambre de croissance, qui est un équipement rare et de très haute technicité.

Des résultats encourageants

"L'axe central du projet, c'est de contrôler où vont se positionner les atomes III-V par rapport au silicium. L'objectif, c'est de parvenir à ce qu'il y ait très peu de défauts cristallins sur la couche optique. Et c'est ce que nous avons obtenu cette année. Nous avons démontré qu'on pouvait réduire très fortement le nombre de défauts et obtenir une couche optique de très bonne qualité."

D'où l'optimisme de Charles Cornet quant aux suites à donner au projet. "Il ne faut pas s'arrêter là. On a maintenant envie d'aller vers des projets plus appliqués. Ce qui passe par des projets collaboratifs avec des industriels, au niveau national ou européen. Nos résultats les intéressent très fortement."

Ils intéressent tellement que se pose la question de la propriété intellectuelle. "Nous sommes en train d'étudier la question du dépôt de brevets. Il faut que l'on choisisse ce que l'on va breveter et comment. C'est toute la difficulté de ce projet. Il faut à la fois communiquer pour se faire connaître et garder nos secrets pour rester leader dans le domaine."

Un prix pour toute l'équipe

Le projet Sinphonic a impressionné, lors des Trophées Loading the Future du 14 novembre, par la qualité des résultats, et ce d'autant qu'il s'agit d'un projet "jeunes chercheurs". Ce sont sans doute ces raisons qui ont poussé le jury international à lui décerner le Prix de l'innovation.

"Cette compétition m'a permis d'avoir un bel aperçu des projets du pôle et de leur diversité. C'est l'aspect remarquable de la journée. C'est bien qu'un projet comme le nôtre, qui est très amont, ait été récompensé. C'est important pour nous, les chercheurs. Et c'est une belle reconnaissance pour l'équipe de la plateforme technique Nano-Rennes qui nous permet de travailler au quotidien."

Chambre de dépôt cristallin de semi-conducteurs III-V au laboratoire FOTON. Les atomes de la couche optique sont déposés couche par couche sous ultra-vide sur les puces de silicium. Photo : laboratoire Foton.

Sinphonic en bref

  • Aide au financement : Agence nationale de la recherche
  • Il réunit principalement trois jeunes chercheurs s'appuyant sur les équipes techniques du laboratoire Foton : Charles Cornet, Mathieu Perrin, Antoine Letoublon.
  • Durée : 36 mois, jusqu'en janvier 2015
  • Voir la fiche média Sinphonic
Retour au blog

Ajouter un commentaire