Gros plan sur W3D, prix PME des Trophees 2013

Retour au blog

De gauche à droite : Olivier Aptel (ESC Rennes) a remis le Prix PME à Régis Le Guennec (MBA multimédia) et Fabrice Guichard (Polymorph software).

Le projet W3D relève un double défi. Technique, car il apporte au Web une troisième dimension. Et économique, car il est piloté par une PME qui a misé gros sur la R&D collaborative pour booster son développement. Aujourd'hui, W3D fait parler de lui, comme ce fut le cas lors des Trophées où le projet a été récompensé du Prix PME.

Le 14 novembre, lors des Trophées Loading the Future organisés à l'ESC Rennes par Images & Réseaux, le stand W3D était parmi les plus fréquentés : on voulait voir de près cette fameuse troisième dimension.

L'astuce ? W3D donne l'illusion de relief en agissant sur plusieurs sens en même temps. On voit le relief grâce aux effets de parallaxe, d'ombres, de reflets et de flous. On sent le relief lorsque le curseur suit les creux et les bosses en se déplaçant à la surface d'un objet. On interagit avec le relief lorsqu'on essaie d'attraper un objet avec la souris dans la profondeur de l'écran. On peut même ressentir l'élasticité des objets dont la surface s'enfonce plus ou moins sous la pression. Le tout sur un écran ordinaire, sans lunettes ni équipement particulier.

Et c'est là toute la force du projet. W3D offre une large gamme de possibilités pour créer des sites, des applications et des jeux, accessibles à tous car compatibles avec tous les écrans et navigateurs du marché.

Souffler sur les braises

Démarré en janvier 2011 suite à un appel à projets PME d'Images & Réseaux, le projet s'est terminé au début de l'année 2013. Pour Régis Le Guennec, directeur de MBA Multimédia et coordinateur de W3D, il faut maintenant rentabiliser. "Pour les laboratoires, INRIA et Loustic, le projet est terminé. Mais pour les deux PME, MBA et Polymorph, le moment est venu de souffler sur les braises."

Pour le retour sur investissement, plusieurs pistes. L'agence Web MBA multimédia commercialisera un plugin W3D pour le système de gestion de contenu en ligne WordPress. Plugin également pour le studio graphique Polymorph software, mais destiné cette fois au moteur d'animation Unity.

Par ailleurs les deux PME comptent sur un surplus de notoriété : "En termes d'image, c'est énorme. Avec W3D, on participe au Web du futur et on a acquis un nouveau savoir-faire que l'on peut proposer à nos clients. Aujourd'hui, W3D nous permet de remporter des dossiers qu'on n'aurait pas obtenus sinon."

Faire le tour du monde

Régis Le Guennec ne ménage pas sa peine pour faire connaître W3D. D'ailleurs, il est partout : aux Trophées Images & Réseaux, mais aussi à Web in Lorient, à Digital Saint-Malo, au Carrefour des possibles à Lille, à la Cantine numérique de Rennes. Et bientôt à celles de Brest, Quimper, Nantes…

"Partout où je passe, je sens de l'intérêt. Mais ce qu'il nous faut maintenant, ce sont des exemples clients pour que les gens voient réellement ce qu'on peut faire avec W3D. Je compte aussi sur la carte de vœux 2014 de MBA pour communiquer. On la sortira en version anglaise pour qu'elle puisse faire le tour du monde. C'est un cas concret de communication et une façon de dire : voilà ce qu'on peut faire avec W3D."

L'autre étape à venir sera la sortie du plugin WordPress. Le projet a été labellisé Rennes la Novosphère avec à la clé le soutien à une campagne de presse à l'international, notamment vers les États-Unis."

Prêt à recommencer

Avec ce projet, l'agence MBA Multimédia expérimentait son premier projet collaboratif. "Pas évident pour une PME de 12 personnes. D'autant que c'est nous qui portions le projet. C'est une grosse prise de risques, mais c'est tellement intéressant d'avoir un supplément de moyens pour mener la R&D jusqu'au bout."

"À titre personnel", poursuit Régis Le Guennec, "je suis prêt à recommencer. Sauf qu'il ne faut pas aller trop vite, digérer ce projet ci, le vendre, ne pas se disperser. Pourtant, ce n'est pas l'envie qui manque…"

Une partie du stand W3D lors des Trophées

W3D en bref

Photographies : Caroline Ablain

Retour au blog

Ajouter un commentaire