ZOOM Ndeg52 - VOTRE PROCHAIN SMARTPHONE: LA VOITURE

Retour au blog

LA VOITURE (CONNECTED CAR), PROCHAIN "SMART PHONE" Les deux prochains smartphones seront la voiture et la maison, en attendant le suivant : vous-même. Ce sont donc les trois prochains numéros de ZOOM qui annonceront le Livre Blanc sur l’Internet du Futur qui sera publié en fin d'année 2014. LA MAISON (SMART HOME), PROCHAIN SMARTPHONE pas uniquement pour la surveillance, le maintien à domicile ou la télémédecine mais aussi pour le confort, pour l'interaction permanente avec les éléments de la maison, ... sera publié prochainement. Ensuite les nouveaux objets personnels connectés (WEARABLE DEVICES entre autres) feront l’objet d’un numéro de ZOOM. Dans un numéro précédent de ZOOM, la vie connectée a été abondamment commentée, d’autant plus que cette approche a été à l’origine de bien des chapitres de la Feuille de Route Stratégique du pôle pour aborder l’économie numérique et la société numérique.

Cette illustration fait état de 24 milliard d’équipements connectés pour 2020 (dont la moitié sera « mobile»). D’autres études (Ericsson, Cisco, Morgan Stanley, IDATE) ont complété depuis cette analyse du GSMA pour évaluer le nombre d’objets connectés à 80 milliard. Ces objets créent des opportunités nouvelles et réelles pour les opérateurs de réseaux (économie numérique) estimées par le GSMA à 1200 milliard de dollars en 2020 (soit une multiplication par 7 des revenus de 2011).

Parmi ces « objets » connectés les équipements électroniques grand public représentent le montant le plus important (37%) suivi des équipements automobiles (17% soit 202 milliard de dollars). Quels sont les différents usages que la voiture connectée ?

Selon le GSMA les différents usages recensés seraient :

• Safety (automatic crash warning),

• Hand-Free calling ( ?)

• Security (sécurité routière Interconnexion entre les véhicules, mauvaises conditions météorologiques ou embouteillages),

• Convenience ,

• Navigation,

• Infotainment,

• Electric Vehicles (EVs) ,

• Vehicle Relationship Management (VRM),

• Usage-based insurance,

• Fleet management , vehicle tracking, freight tracking,

• Electronic Toll Collection, Usages auxquels il conviendrait d’ajouter :

• Hub WiFi pour le véhicule,

• Stationnement intelligent,

• Repérage des véhicules volés,

Jusqu’à une période récente les constructeurs automobiles ont conçu l’équipement à bord comme étant du domaine des équipementiers, pariant sur le fait que l’utilisateur considérerait son véhicule comme une extension de sa maison et utiliserait donc les équipements domestiques nomades (lecteur MP3, lecteur CD, DVD, ... ). C’était aussi éviter le foisonnement des normes, standards, ... etc. qui variaient d’un pays à l’autre, dans le temps, au gré des fabricants. Mais jusqu’à présent également les constructeurs automobiles n’avaient rien à vendre comme services, applications, contenus. Dès lors qu’ils ont quelque chose à vendre il faut avant tout « garder le contact avec le client » et pour ceci faire de l’équipement de la voiture un « guichet » et donc se l’approprier. On trouve alors trois tendances fortes pour l’équipement de la voiture :

• solutions « embarquées » : toute la connectivité et l’intelligence est à bord et fournie par le constructeur.

• solutions « attachées » : le conducteur utilise son smartphone comme modem (via un réseau filaire, Bluetooth ou WiFi – réseaux disponibles sur les smartphones)

• solutions « intégrées » : les applications smartphones sont intégrées dans le véhicule pour permettre au conducteur un accès en toute sécurité (sans utiliser, manipuler son smartphone).  

Selon une étude GSMA, pour chacun des usages envisagés, selon les acteurs (utilisateurs, constructeurs automobiles, administration-régulateurs, tiers) les rythmes de croissance sont très différents pour aboutir à l’horizon 2020-2025 à un rythme élevé et une omniprésence de ces usages. Cette « numérisation » de l’écosystème fait dire à certains experts que les constructeurs automobiles changent.

.............................................................................................................................................................

Car companies are now cloud companies: BMW to have 10M connected cars in 5 years (photo: Anna Gordon/GigaOM) BMW will grow its connected cars from around 3 million to 10 million over the next 5 years. There are around 3 million vehicles that are directly connected to BMW’s data centers, said BMW’s VP of IT Infrastructure Mario Mueller at GigaOM’s Structure Europe conference in London on Wednesday. That number will grow to 10 million connected vehicles by 2018, meaning BMW will increasingly be operating as an IT and cloud-focused company, And it’s not just that more cars will get connected. Once cars are connected, the bandwidth needs and the data queries will explode. In 2012, when there were 1 million BMW vehicles connected, there were 1 million requests per day and a volume of 600 MB of data per day. But by 2013, with 2.5 million connected vehicles, those data queries jumped to 12 million requests per day, and 40 GB of data per day. By 2018, with 10 million vehicles connected, there were will be some 100 million requests per day and 1TB of data volume per day, estimates Mueller. That’s a massive amount of data that BMW will have to manage. With BMW’s push into electric cars — which the recent launch of its i3 shows– the company’s cars will be offering even more digital, connected data services, like the ability to warm up the car remotely, or manage the charging time of the battery. But even without electric cars, BMW is clearly betting heavily on connectivity: More than 90 percent of our cars will have connectivity built into them, said Mueller. Plus récemment et en reprenant les tendances observées par ailleurs, les applications sur smartphones vont devenir primordiales. .............................................................................................................................................................

http://techcrunch.com Cars Are the Next Playground for App Developers

This year’s CES may have been about startups more than ever before, but over the last few years, the car industry has also increased its presence at the show. In previous years, we heard a lot about the connected car, but until now, those cars remained virtually closed to developers. In one fell swoop, that changed this year, as Ford and GM announced concrete programs with SDKs and APIs that are either already open for developers or will be available within the next few months. The approach the two companies are taking is very different: Ford is betting on drivers bringing their own smartphones into the car and having apps run on the phone, while GM is actually setting up a framework for running apps right in the car’s built-in infotainment system. Both of those systems have their merits: Ford’s AppLink system is easy to integrate into existing apps and drivers don’t have to pay for yet another data plan. GM’s framework, on the other hand, is more deeply integrated with the car and doesn’t necessitate a smartphone. For the car industry, betting on the developer community makes a lot of sense. Because of the long lead times between designing cars and launching them, it’s virtually impossible for the manufacturers to keep up with the fast pace that we’re used to in the world of mobile development. That’s where Ford’s system may also be an advantage. We tend to get new smartphones much more often than we buy new cars, after all, and while those will only get more powerful, a system that directly tied to the car – like GMs – will look massively underpowered in four years and the average car is now on the road now for almost 11 years. If the early success of these programs is any indication, developers are clearly excited about these new opportunities. Ford tells us that more than 1,000 developers have already signed up for access to its SDK since it was announced earlier this week and that it is seeing high and sustained traffic to its developer site. What will be interesting to see now is what apps developers come up with in this new environment. While these programs were still in their private closed betas, the focus was mostly on offering radio alternatives through services like Pandora, Rhapsody and iHeartRadio. There are also some apps available already that automatically read newspaper and magazine articles to you. Other obvious choices are location-based and location-sharing apps like Glympse and turn-by-turn navigation apps like Scout.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Par ailleurs les applications qui pourraient être développées feront appel à bon nombre de technologies récentes comme en témoigne un article récent montrant un système de navigation s’appuyant sur les technologies de réalité augmentée(Mercedes-Benz), visible sur l’écran de navigation ou sur le dispositif « tête haute» : Quels sont les volumes de marché et pour quand ? L’horizon, déjà évoqué, de 2025 est le résultat d’une étude menée par SBD (« expert » pour l’industrie automobile) pour l’organisation GSMA. D’ici 2025, 60% des véhicules en circulation seront connectées à l’Internet, d’après une analyse récente de l’IEEE, organisation mondiale dédiée aux avancées technologiques. Plus encore en 2040 75% des véhicules en circulation pourraient ainsi se passer des conducteurs. « According to a new report from Navigant Research, sales of autonomous vehicles will grow from fewer than 8,000 annually in 2020 to 95.4 million in 2035, representing 75 percent of all light-duty vehicle sales by that time. » Bien évidement les revenus liés aux systèmes eux-mêmes ne sont pas les seuls revenus escomptés. Les revenus des contenus, des applications et des services seront tout aussi importants, voire même constitueront l’essentiel de l’intérêt. Selon ABI Research, les revenus tirés des ADAS (Advanced Driver Assistance Systems) pourraient atteindre 260 milliard de dollars en 2020, allant bien au-delà du marché de la seule technologie embarquée, attachée ou intégrée. Viennent s’ajouter en effet aux marchés de la technologie de connectivité, de traitement local et d’affichage :

• les contenus (locaux ou distants) ;

• les applications locales ou distantes ;

• les services, dont les premiers d’entre eux, les services de communication, de stockage (cloud), d’indexation, de traitement analytiques, les services de gestion des services de communication ;

• les services liés au véhicule (télédiagnostic, téléalarme, ...)

• les péages (parking, autoroute, ouvrages – ponts, viaducs, tunnels, rocades, ...) ;

• les services liés à la circulation, au stationnement, ... ; Viennent également s’ajouter :

• les économies réalisées grâce aux systèmes communicants (auto-partage, covoiturage, ...),

• ... D’une manière plus générale, au-delà des technologies , s’ajoutent les éléments de l’économie numérique que sont les contenus, les applications et les services numériques (qui pourront être payants ou gratuits – c'est-à-dire financés par des tiers dont les annonceurs - ) et dès lors qu’on aborde la société numérique viennent s’ajouter les économies réalisées par l’industrialisation poussée de processus, industrialisation rendue possible par l’utilisation de technologies, contenus, applications et services numérisés. Autre certitude, la nécessité de mettre en place un écosystème coopératif associant non seulement les constructeurs automobiles, les équipementiers, les entreprises de services (garages, ...) mais également dans le domaine numérique, les différentes technologies. C’est ainsi qu’ont pu être déjà identifiés les technologies embarquées, les réseaux « locaux », la géolocalisation, la cartographie numérique, les technologies de paiement, les applications (au sens Application Store, donc les technologies d’interfaçage, d’interaction), la réalité virtuelle, la réalité augmentée, la biométrie, le systèmes de transport, les systèmes de parking, ..., les systèmes d’information des fournisseurs de services, les technologies du cloud, du big data, de l’analytique, ... .

Vous pouvez également consulter le dossier KPMG consacré aux véhicules autonomes (self driving cars) ainsi que le dossier "Industries & Technologies" consacré au virage numérique de l'industrie automobile.

Retour au blog

Ajouter un commentaire