Du son a l'image, Dolby parie sur l'immersion

Retour au blog

Dolby a rejoint Images & Réseaux. Pour y apporter son expertise incomparable de l'audio et, plus généralement, de l'expérience immersive. Car le géant américain du son s'attaque aussi à l'image, comme le prouve "Dolby Vision", une technologie à gamme étendue de couleur et de lumière lancée en tout début d'année.

"Sound does at least 50% of the job". Cette citation de Francis Ford Coppola est volontiers reprise par Anaïs Libolt, de Dolby Laboratories, pour souligner l'importance du son dans l'expérience audiovisuelle. La jeune femme, responsable "Broadcast & Online" précise : "Le son n'est pas la composante à laquelle on porte le plus attention, et pourtant c'est souvent elle qui permet le mieux de rentrer dans un univers. L'image est frontale alors que le son peut couvrir tout l'espace, notamment au cinéma."

Depuis sa création en 1965, l'histoire de Dolby Laboratories se confond avec celle des principales avancées technologiques dans le domaine du son : réduction du bruit avec Dolby A, B, C…, stéréo, son surround, Dolby Digital, 5.1 interactif…

Dernier né de la série : Dolby Atmos, sorti fin 2012 pour le cinéma numérique. La perception sonore est non seulement horizontale mais aussi verticale grâce à une série d'enceintes fixées au plafond qui permettent de "déplacer le son dans l'espace". Neuf salles sont équipées en France de cette "3D sonore", "et ça continue".

Toute la chaîne audiovisuelle

Le modèle de développement de Dolby est bien rôdé : d'abord la sortie d'une technologie de rupture et en premier pour le cinéma, ensuite la fourniture d'outils destinés aux créateurs pour en tirer le meilleur parti, enfin l'équipement de toute la chaîne audiovisuelle jusqu'à la distribution pour "transmettre l'intention artistique jusqu'au spectateur". Par la suite, la technologie sera déclinée sur d'autres supports : DVD, télévision, tablettes, mobiles, "du plus grand vers le plus petit écran".

Le groupe Dolby – 910 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2013, 1600 employés dans le monde dont 40% d'ingénieurs et chercheurs – vit notamment de propriété intellectuelle. Celle que l'on retrouve dans les innombrables appareils professionnels et grand public qui intègrent des technologies "Dolby".

Et maintenant l'image

Depuis quelques années, Dolby s'intéresse aussi à la vidéo. D'abord avec un moniteur de référence utilisé par les professionnels pour étalonner et coloriser l'image avec précision. Puis avec Dolby Vision, présenté avec au Consumer Electronics Show de Las Vegas en janvier dernier.

"En sortie de caméra, on dispose de beaucoup d'informations qui n'étaient pas transmises pour des raisons historiques, un vieil héritage des écrans à tubes cathodiques. Dolby Vision nous affranchit de ça avec beaucoup plus de dynamique dans les couleurs et dans la lumière. La technique est agnostique au format, elle peut être associée à de la HD ou de l'Ultra HD."

Une tête de pont

L'implantation de Dolby en France est récente, depuis mars 2010. Il s'agit d'une tête de pont chargée de comprendre les besoins spécifiques du marché français, car "nous n'avons pas la même culture", et de pouvoir générer de l'innovation adaptée au pays. Celle-ci pourra s'inclure dans des projets collaboratifs "pour éprouver les technologies qui existent ou sur le plan des usages", l'antenne française ne disposant pas, pour l'instant, d'équipe R&D.

Anaïs Libolt, Broadcast & Online manager aux Dolby Laboratories

Retour au blog

Ajouter un commentaire