Expresso cree des filtres HF a l'aide d'imprimantes 3D

Retour au blog

Avec la multiplication des objets communicants, l'environnement électromagnétique de la maison est encombré, aux limites de la saturation. Une situation propice aux interférences qui nuisent aux communications sans fil et font chuter les débits de transmission. Gros plan sur le projet Expresso qui se propose de faire le ménage en mettant au point des filtres à bande étroite, dont certains réalisés au moyen d'impressions 3D.

Wi-Fi, DECT, Bluetooth, la maison moderne bruisse d'ondes électromagnétiques chargées de transporter mille et une informations. Mais la prolifération de différents systèmes dans des bandes de fréquences très proches est source d'interférences aux conséquences néfastes : une transmission d'information ralentie, voire des pertes de connexion.

À moins de disposer de filtres de haute qualité capables de sélectionner avec une grande précision les différentes bandes de fréquence, comme c'est l'objectif du projet Expresso. "Il existe déjà des filtres très performants, notamment dans le domaine des satellites", commente Stéphane Bila, coordinateur du projet. "Mais ils sont trop encombrants, trop lourds et trop chers pour un marché grand public."

L'idée, c'est de s'inspirer des techniques de conception haut de gamme pour réaliser le compromis le plus intéressant entre performances de haute qualité et exigences d'un marché de masse. Les filtres réalisés sont destinés à équiper les réseaux domestiques, et plus particulièrement la box ou passerelle Internet au centre des communications de la maison.

Concrètement, Expresso étudie des structures, forme et matériau, qui permettent de produire un filtre très sélectif. "Nous cherchons à réaliser des filtres à bande très étroite pour les réseaux domestiques du futur, de façon à exploiter pleinement chaque bande de fréquence disponible."

Bénéfices attendus pour l'utilisateur : une meilleure qualité de service de distribution de contenus et une baisse de la puissance d'émission.

Impression 3D : y compris l'industrialisation

Pour passer de la modélisation au produit, Expresso a notamment utilisé les technologies additives, communément appelées impression 3D. Mieux, le projet a montré que cette technique pouvait être utilisée comme solution d'industrialisation. "Tout dépend du matériau et de la précision demandée. Mais il existe aujourd'hui des imprimantes 3D qui sont de véritables outils industriels, capables de déposer des couches très fines de polymères, de céramique, de métal… Elles peuvent tout à fait convenir pour fabriquer des petites ou moyennes séries."

Selon Stéphane Bila, "le sujet intéresse fortement les industriels". D'ailleurs, le projet qui s'est terminé en novembre 2013 envisage des prolongements. D'abord en appliquant les concepts développés au sein d'Expresso aux "white spaces" disponibles dans la bande UHF. Aussi, en étendant l'utilisation de l'impression 3D "de manière plus générale" à la fabrication de composants électroniques.

Le projet Expresso en bref

Retour au blog

Ajouter un commentaire