Bouillants #6 : quand le jeu sensibilise le citoyen et questionne l'individu

Retour au blog

Le festival de Vern sur seiche a ouvert ses portes samedi 5 avril 2014. Il va donc proposer pendant 2 mois une large série d’œuvres internationales, à la Laiterie mais aussi ailleurs en Bretagne. Ce rendez-vous qui gagne pourtant en notoriété pourrait être le dernier. Découvrez le festival avec cet article proposé par la Cantine numérique rennaise. 

« L’individu est invité à se questionner ». Voilà le fil conducteur de l’exposition Bouillants qui a débuté le 5 avril 2014 à Vern-sur-Seiche. Le visiteur pourra ainsi pendant 2 mois voir gratuitement une vingtaine d’œuvres réalisées par un plateau d’artistes internationaux. Une nouvelle fois, la citoyenneté est au cœur de la manifestation, ou plus exactement : amener le citoyen à s’interroger sur le numérique et ses usages. La thématique de cette année tourne autour du jeu, l’aspect ludique laissant la place à des messages plus lourds de sens. Les nombreuses déclinaisons du jeu permettent en effet de l’appréhender dans ce qu’il a de plus profond, mais aussi de plus cruel. Témoin, cette installation du collectif Fur, nommée PainStation. Le principe de départ est simple : 2 joueurs s’affrontent autour du jeu Pong. Différence notoire, le vaincu recevra un châtiment corporel, sous forme de brûlure notamment. Il s’agit donc autant d’un jeu contre l’adversaire « que contre sa propre résistance à la douleur », comme l’explique Gaëtan Allin, Directeur artistique du festival. Autre œuvre marquante, celle de Vincent Ciciliato, qui propose une immersion dans la guerre de mafias en Sicile dans les années 80. Le visiteur est amené à devenir tueur à gage, à condition de choisir la bonne cible. Il y a aussi du plus léger à Bouillants, comme Game Borderde Jun Fujiki, qui propose de naviguer dans l’histoire du jeu vidéo, en passant par différentes consoles.

Dernier édition du festival ?

Malgré ce beau programme, il y a une ombre au tableau. Après 6 éditions, le festival est en effet en difficulté et pourrait stopper là sa course. Son fonctionnement repose sur deux structures juridiques : l’association le Milieu et l’entreprise Saga. Cette dernière est « liée à un contexte économique qui n’est pas simple » comme l’explique Gaëtan Allin, par ailleurs gérant de la société. En conséquence il pourrait ne « pas pouvoir continuer à porter autant le dispositif » Bouillants l’année prochaine. L’autre porteur étant de son côté tributaire des subventions, il ne pourrait compenser cette perte dans l’état actuel. C’est pourquoi le directeur artistique de Bouillants souhaite alerter les collectivités, expliquant qu’il « y a un risque très concret sur la suite ». Il espère ainsi que « les signaux que nous lançons vont enfin être reconnu ». Concrètement, le festival aurait besoin de plus de soutien, c’est à dire plus de fonds, la programmation étant entièrement gratuite. Gaëtan Allin rappelle au passage que l’objectif de départ était de sauvegarder le Laiterie de Vern, mais aussi d’amener « une posture citoyenne » qui est « nécessaire pour comprendre le monde d’aujourd’hui et façonner celui de demain ». La prochaine étape est donc de voir s’il y a « une vraie volonté politique » à pérenniser Bouillants, pour qu’il passe « dans une autre dimension ». Article initialement publié sur Le Magazine numérique

Plus : Le site de Bouillants

Retour au blog

Ajouter un commentaire