[Etude] Les modalites d'accompagnement a l'export a reinventer

Retour au blog

Pour la 2ème année consécutive Syntec Numérique, Cap Digital et Systématic joignent leur forces et réalisent une étude « Export et numérique ». Objectif : identifier les freins et leviers de l’export pour les entreprises de la filière, ainsi que les tendances. Et globalement, la France numérique s’exporte et a des ambitions internationales. Un dynamisme international croissant, des entreprises à la conquête de nouveaux marchés et une attente forte en matière de nouveaux dispositifs d'accompagnement. Focus sur les résultats de l'enquête. 

Les entreprises interrogées veulent s’internationaliser encore un peu plus :

  • 98% des entreprises interrogées prévoient d’accroître leurs activités à l’export (88% en 2013). Face à la crise, la majorité des TPE / PME maintiennent leur volonté de dynamiser leurs activités à l’export.
  • 79% des entreprises interrogées vont certainement se renforcer sur leurs marchés existants, 68% en 2013
  • 73% des entreprises interrogées vont certainement se positionner sur de nouveaux marchés, 54% en 2013

Si l’Europe et l’Amérique du Nord sont des destinations phares, L’Asie, le Pacifique et l’Afrique du Nord sont en tête de liste des perspectives. En Europe les pays cibles sont l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, tandis que le Maghreb ou l’Inde arrivent en bonne position. 

Pourquoi exporter ? 

2 raisons principales sont au coude à coude : des produits destinés à l'export et un marché français arrivé à maturation. Globalement en 2013 l'évolution du CA à l'export des entreprises sondées est en hausse (48%). L'international est perçu comme un outil pour sortir de la crise  avec plus de 70% des entreprises qui entendent se positionner sur de nouveaux marchés. 

Les dispositifs d’accompagnement à l’international peu utilisés et peu reconnus

L’étude montre que les entreprises qui s’exportent s’exportent seules. Les recours à un partenaires public ou une société d’accompagnement, ou encore de portage par un grand groupe reste minoritaires. Si 70% des entreprises déclarent être intéressées par une démarche de « prospection en meute », seule 15% disent y avoir recourrent aujourd’hui. Méconnaissance des outils existants ? Outils trop lents et pas assez orientés marché ? Modalités à réinventer pour aider les entreprises à s’internationaliser, le chemin est encore long.

Côté financement, aujourd’hui l’autofinancement est majoritaire (87%), mais un soutien de la Coface, de BPI France (64%) ou d’investissement / capital riskers (33%) est attendu.

Car les besoins et freins soulignés se font échos :

D’un côté un souhait d’être mis en relation avec des contacts sur les marchés (92%), de l’autre des difficultés à identifier des partenaires ou prospects (73%),la nécessité de trouver des financements et un accompagnement sur les questions juridiques, fiscales ou réglementaires (82%), … autant de leviers sur lequel nous pourrions imaginer réinventer / faire évoluer les outils existants avec nos partenaires pour répondre à la demande.

 

Retrouvez l’étude dans son intégralité sur le site de Syntec Numérique.

 

 

 

 

 

Retour au blog

Ajouter un commentaire