SIFORAS, un coup d'accelerateur sur la formation par simulation

Retour au blog

Découvrir le fonctionnement d'un nouveau produit, s'entraîner à réaliser une tâche…, la réalité virtuelle est un formidable outil pour apprendre. Mais le coût de mise au point du contenu reste un frein à la généralisation de la formation par simulation. Un problème que le projet SIFORAS saisit à la racine en créant des outils permettant de simplifier et accélérer le développement des contenus d'apprentissage.

À l'origine du projet SIFORAS, la plateforme générique de développement de contenus pédagogiques GVT® (Generic Virtual Training). L'application commercialisée par Nexter Training est leader dans le domaine de la formation technique et largement utilisée dans des contextes industriels et militaires. Grâce à la formation dans un environnement virtuel, on peut découvrir un produit en avance de phase, apprendre à distance et à son propre rythme, rejouer une séquence autant de fois que nécessaire, s'entrainer sans danger pour les personnes et sans risque pour le matériel, intervenir au cœur d'une situation critique ou dans des conditions exceptionnelles…

Pour Michel Fornos, de Nexter Training, coordinateur du projet, l'objectif principal de SIFORAS est de permettre à GVT® de franchir une étape en gagnant en productivité. "C'est un projet à vocation industrielle. Et dans le monde de l'industrie, il faut faire vite, efficace et à moindre coût."

Le premier axe de recherche est d'accélérer "le traitement des données amont" qui permet de créer le modèle numérique à la base de l'environnement virtuel. Le coordinateur du projet prend l'exemple d'un moteur constitué de 300 000 pièces : "Grâce à SIFORAS, nous sommes maintenant capables de récupérer et traiter les données de conception du moteur d'un logiciel CAO 3D pour réaliser la modélisation dans GVT®. En faisant cela, on simplifie le travail des infographistes. Donc on gagne du temps et de l'argent."

Deuxième axe, ouvrir la plateforme à différents "LMS" (Learning Management System) correspondant à des contextes d'usage variés : le PC ultra rapide capable d'afficher des images en haute définition, la tablette ou le smartphone qui permettent souplesse et mobilité, ou encore l'application full web où la priorité est cette fois donnée à la fluidité des données afin de ménager la bande passante.

Le troisième axe est l'ajout de la réalité augmentée. "Nous avons par exemple développé un module de maintenance pour Renault. Il s'agit du démontage remontage d'une batterie en immersif sur tablette et en réalité augmentée. C'est la reconnaissance de la forme de la batterie qui permet d'augmenter la réalité affichée à l'écran en donnant à l'apprenant des indications directement sur le flux vidéo."

Une dimension pédagogique

Le projet SIFORAS a aussi pour ambition de développer un AIP (atelier d'ingénierie pédagogique). "Sur la base de GVT, c'est un ensemble d'outils auteurs qui servent à construire des scénarios d'apprentissage capables de s'adapter aux capacités de l'apprenant. Si l'apprenant est à l'aise, l'application avance très vite et rajoute de la difficulté. Et, au contraire, s'il perd pied, elle propose un itinéraire progressif et des retours en arrière. C'est une sorte de tutorat adaptatif et temps réel."

Sur ce point, beaucoup reste à faire, que SIFORAS a commencé à explorer. Si bien que les acteurs du projet pensent déjà à des suites possibles. "L'idéal serait que le formateur construise en faisant. Il est lui-même immergé dans l'environnement virtuel ; il déplace des objets ce qui, en même temps, construit les bases du scénario. Ensuite, il reste à reprendre ces bases pour ajouter des conditions ou des éléments pédagogiques. Ce serait un énorme gain de temps."

Pour l'heure, le projet est dans la dernière ligne droite. Il se terminera en septembre 2014 après 30 mois de travaux. Deux démonstrations finales sont prévues afin de valoriser ses résultats, dont une probablement en Bretagne.

Le projet SIFORAS en bref

  • SIFORAS réunit 14 partenaires.
    Laboratoires : CEA-LIST, ENIB-CERV, ENISE, INSA Rennes.
    PME : DAF Conseil, Deltacad, Nexter Training, Virtualys.
    Groupes industriels : Alstom Transport, Delphi, DCNS, Nexter Systems, Renault, SNCF.
  • Durée : 30 mois.
  • Labellisations : Images & Réseaux, ViaMéca, System@tic
  • Budget global : 3,6 M€. Financeurs : les partenaires + Conseil régional de Bretagne, Ville de Brest, Conseil général des Yvelines, Roanne agglomération, Conseil Général Loire, BPI France.
Retour au blog

Ajouter un commentaire