AMA, 1er entreprise francaise a etre certifiee Glass@work : 3 questions a Christian Guillemot, fondateur d'AMA

Retour au blog

Advanced Medical Applications, ou AMA pour les intimes, la « petite » PME rennaise, devient la 1er entreprise française à être admise dans le cercle très convoité des 10 entreprises mondiales certifiées Glass@work par Google. Une certification « enthousiasmante » pour reprendre les termes de Christian Guillemot, fondateur d’AMA qui a répondu à nos questions.

I&R : Vous êtes depuis quelques jours certifié Glass@work par Google et faite partie des 10 entreprises mondiales. Une certification convoitée donc. Qu’est ce qui selon vous vous a permis de vous différencier ?

Christian Guillemot : Nous sommes très heureux de la certification. C’est une reconnaissance mondiale d’un travail commencé il y a un peu plus 1 an et demi date à laquelle nous avons commencé à travailler sur les lunettes. Tout a commencé avec le jeu mobile, nous étions alors Top developer Google. Rapidement nous avons compris qu’il y avait d’autres usages possibles à forte valeur ajoutée. Et cela a été confirmé quand le Docteur Collin du  CHP St Grégoire nous a contacté avec une problématique de formation des chirurgiens. Il avait besoin de pouvoir montrer ce qu’il faisait à des étudiants basés au Japon en temps réel, et de leur montrer ce que les yeux voient. D’expérimentations terrains en retours studio nous avons travaillé sur ce secteur de la santé et sur ces problématiques où la vie est en question. Et je suis convaincu que c’est cette méthodologie Agile, avec de véritables expérimentations terrains basés sur de vraies problématiques qui a attiré l’attention de Google. Ils ont vu que nous avions avancé sur l’implémentation.

I&R : Du jeux mobile à la santé, c’est un grand virage pour AMA. Pouvez vous nous en parler ?

CG : En effet, en 2013, nous avons fait le choix de nous concentrer sur des applications métiers à forte valeur ajoutée, et plus spécifiquement sur des applications où la vie est en danger, où le pronostic vital est engagé. C’est une première dans la vie du groupe, historiquement positionné dans le jeu. Mais nous croyons aux applications métiers à forte valeur ajoutée : formation des chirurgiens, accompagner les interventions en direct sur des AVC ou accident de la route, sélection de greffons à distance … On s’éloigne volontairement du quantified self avec une volonté, se concentrer sur cet usage pour devenir des experts, des leaders et voir ensuite si  ces solutions sont applicables sur d’autres métiers. Notre objectif est avec les applications métiers d’apporter une expertise médicale là où elle n’est pas facile à trouver.

I&R : Justement, que va changer cette certification ?

CG : La certification est tout d’abord une reconnaissance de notre travail, de notre méthodologie différenciante. C’est un coup de projecteur uniquement. Car nous sommes dans un métier enthousiasmant, basé avant tout sur les usages et les problématiques métiers, moteurs des développements technologiques. Il est donc important que les acteurs qui ont des problématiques métiers sachent que nous sommes là pour apporter des solutions. Avec cette certification très sélective de Google, qui a étudié nos méthodes, notre technologie, nous sommes sur la carte des sociétés qui apportent des solutions à valeur ajoutée. Et Google s’en sert également. Si vous appelez Google avec une problématique « santé » proche de la notre, Google va nous mettre en relation avec ce trio « détenteur d’un besoin / Fournisseur de matériel – Google / Fournisseur de solutions  - AMA ». 

Retour au blog

Ajouter un commentaire