#smartgrids : quels besoins des acteurs de la filiere du batiment ? Quelles opportunites pour les acteurs #batimentintelligent ?

Retour au blog

Images & Réseaux s’associe à la MEITO autour de la question du bâtiment intelligent et proposait à son écosystème le 23 octobre une demi-journée dédiée à la thématique. De 14h à 17h l’atelier proposé par la MEITO mettait en face à face les besoins des acteurs du bâtiment et des entreprises du numérique qui apportent des solutions « intelligentes ». La demie journée s’est terminée par le #15 AFTER du pôle animé par l’Atelier BNP avec Jean Christophe Bourgeois (GDF  Cofely Axima) et Arnaud Legrand (Energiency). Retour sur les besoins des acteurs du bâtiment avec 3 points de vue : celui du bailleur social, de la collectivité et du bureau d’étude. Autant de pistes d'innovations ou d'axe de développement.

Quel rôle pour les entreprises des TIC ?

Lors d’un premier atelier organisé en septembre par la MEITO, les acteurs du bâtiment ont expliqué comment ils avaient besoin des entreprises des TIC. Sont ressortis 4 rôles essentielles et des opportunités assez variées.

Les entreprises de la filière sont attenues essentiellement pour :

  1. Remonter les données pour comprendre comment le bâtiment fonctionne
  2. Traiter et interpréter  les données
  3. Répondre aux enjeux d’infrastructure avec les contraintes de transmission
  4. Fournir les plateformes de services

Les opportunités marchés sont quant à elles nombreuses : réseaux de capteurs, architecture réseau, Qos, sécurité, fiabilité, performance, base de données (cloud, big data agrégation, analyse), modélisation, algorithmes de régulation,  logiciel (M2M, embarqué, gestion), IHM (box, TV, smartphone, tablette) des choses simples réutilisables ) gestion de projet, …

Comme dans beaucoup de filière les besoins sont différents en fonction des interlocuteurs. La MEITO nous propose le point de vue de plusieus profils.

Le bailleur social

Son objectif principal est de réduire la facture énergétique de manière durable pour son locataire et mieux gérer le patrimoine immobilier. Pour cela il doit mesurer la performance et transformer le locataire en acteur de sa consommation grâce à un suivi, à des alertes en temps réel, et un système de projection des informations en euros. L’enjeu est de pouvoir ensuite proposer des actions correctives personnalisées grâce à la mesure et à l’analyse des données. Enfin le bailleur a besoin d’assurer une maintenance des équipements sur les parcs immobiliers.

Le bureau d’étude

Côté bureau d’étude, il faut faire face au contexte de rénovation avec des travaux morcelés, des usages et usagers existants, et une difficulté à avoir une vision globale. Cette difficulté s’explique principalement par le morcèlement des allotissement. Le lot « intelligent » n’existe pas, il est en général diffus dans les lots électricité, thermique, … La supervision est éclatée dans les différents lots. Les besoins sont alors bien précis avec la nécessité d’avoir des solutions de supervision ouverte indépendante des équipements, une interopérabilité des équipements et des solutions adaptées aux nouvelles consommations. Modularité, interopérabilité et durabilité sont les points clefs du marché pour les bureaux d’études.

La collectivité

Le cas de Lorient est exposé avec, comme pour la plupart des collectivités, une facture énergétique qui explose depuis 2005 et une volonté : réduire de 30% la consommation énergétique du parc immobilier d’ici à 2020. Et pour cela un levier : optimiser et améliorer l’usage des bâtiments et comprendre les comportements. 

3 acteurs majeurs du bâtiment, et des opportunités, des besoins différents. Autant d'axe de développement pour la filière du numérique et les acteurs qui veulent agir sur le bâtiment intelligent. 

Retour au blog

Ajouter un commentaire