FLYLIGHT décuple les capacités de transport de données à bord des avions

Publié le 29/10/2018

CailLabs MPLC

Les perspectives de marché ouvertes par le projet FLYLIGHT sont à l’échelle de l’aéronautique mondiale. Ce projet collaboratif a mis au point un réseau optique à très haut débit adapté aux contraintes très particulières des avions. Si bien qu’il se prolonge par un accord de coopération. Safran Electrical & Power, numéro 1 mondial du câblage aéronautique, s’allie à la startup CAILabs pour finaliser la construction du réseau de communication optique des avions de demain.

“Inventer, c’est facile. Mais si cette invention n’est pas compatible avec les conditions extrêmes de température, d’humidité, de pression et de vibrations qui sont celles de l’aéronautique, on ne la retrouvera jamais à bord d’un avion.” Ces mots de Jean-François Morizur, président de CAILabs, résument l’état d’esprit avec lequel les partenaires du projet FLYLIGHT ont travaillé. Leur objectif était double. D’abord définir pour les avions une nouvelle architecture de câblage en fibre optique basée sur le multiplexage spatial. Puis développer les briques technologiques nécessaires et valider qu’elles sont réellement compatibles avec les spécifications très contraignantes de l’aéronautique.

Le projet collaboratif FLYLIGHT réunissait trois partenaires. Une startup, CAILabs, dont les technologies de mises en forme complexes de la lumière dopent les performances des applications de la photonique. Un groupe industriel, Safran Electrical & Power, acteur clé du câblage et des systèmes électriques des avions. Et Photonics Bretagne qui, avec son centre d’innovation technologique PERFOS, est spécialisé dans la conception et la fabrication de fibres optiques spéciales. D’une durée de deux ans, le projet était soutenu par les collectivités bretonnes dans le cadre du fonds FEDER.

Un câblage plus simple, plus léger, plus performant

Le MPLC (Multi-Plane Light Conversion) de CAILabs est le fondement du projet. Cette technologie brevetée de mise en forme de la lumière renforce le potentiel des fibres multimodes. Dans le cas de FLYLIGHT, elle permet de passer “plusieurs canaux spatiaux de lumière sur la même fibre”. Un multiplexage spatial, qui augmente radicalement les capacités de transport de données alors qu’il existe un besoin croissant d’échanges à bord des avions. En cause, l’augmentation des flux de données liés aux fonctions techniques, mais aussi l’exigence de connectivité des passagers. La connectivité en vol (In-flight Connectivity) est devenue un enjeu clé de différenciation des compagnies aériennes.

L’architecture étudiée par FLYLIGHT permettra de diminuer le nombre de fibres installées à bord des avions à performances constantes. Ce qui revient à “plus de facilité dans l’installation, des coûts moindres et un poids réduit”. Ce dernier critère, le poids, est un argument déterminant dans l’aéronautique. “Avec FLYLIGHT, nous avons fait un grand pas en avant. Nous avons démontré qu’il n’existe pas d’élément bloquant. Pour autant, il reste encore de multiples points à régler avant de parvenir à une solution industrielle.”

La promesse de retombées conséquentes

Terminé en septembre, FLYLIGHT se poursuit dans la foulée par un accord de coopération technologique et commerciale. Celui-ci permettra à Safran et CAILabs de poursuivre leurs efforts communs afin de “décupler les capacités de transport de données à bord des aéronefs” dit le communiqué de presse annonçant le partenariat, daté du 16 octobre 2018. Les arguments de la nouvelle architecture proposée – performances, coûts, poids – sont particulièrement prometteurs dans un marché de l’aéronautique très dynamique où Safran Electrical & Power occupe une position de leader du câblage.

“Ce partenariat est un bel exemple de notre stratégie CAILabs inside” commente Jean-François Morizur. Le modèle de développement de la jeune entreprise rennaise est en effet basé sur le développement de briques technologiques qui s’insèrent dans des solutions applicatives à base de lasers. Aujourd’hui, ce sont notamment les réseaux locaux de communication et les lasers industriels : soudure, découpe et fabrication additive. À terme, ce seront aussi les réseaux de communication des avions. CAILabs avance très vite, sur plusieurs marchés en parallèle. Un seul chiffre cité par le CEO suffit à mesurer la progression : “Dans les 6 premiers mois de 2018, nous avons reçu un volume de commande qui équivaut à 5 fois le chiffre d’affaires de l’année 2017.”

Crédit photos :CAILabs

Numérique et Avionique, le 27 novembre

Jean-François Morizur, CEO de CAILabs, présentera le projet FLYLIGHT au cours de la matinée Numérique et Avionique qui aura lieu le 27 novembre à Nantes, sur le thème Comment produire et distribuer des contenus en vol en toute sécurité. L’événement est organisé en amont de l’assemblée générale Images & Réseaux qui se tiendra l’après-midi.